Top-Sites
Vote
Vote
Vote
Calendrier
Nous sommes en plein mois de la Sécheresse
Les Températures deviennent caniculaires



 

 ::  :: Les Archives :: Nyx Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En route vers l'est

avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Mer 4 Juil - 14:10
「 En route vers l'Est ! 」
Des flashs lumineux se succède devant mes paupières et je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils veulent dire. J'ai déjà eut ce genre d'impression et je n'en ai jamais rien fait, ce sera la même pour cette fois ! C'est le vent qui claque contre les fenêtres qui me tire peu à peu de la nébuleuse de mon sommeil. Je clignote des yeux et finis par les plonger dans l'immensité obscure qui nous sert de chambre. Je me rends compte que les flashs n'ont existé qu'à un seul endroit, dans ma tête. Celle-ci glisse sur le côté où je vois Oblivion dormir. Mon radiateur vivant est toujours endormir et je viens me coller à lui pour m'imprégner de sa chaleur que je chérie tant. Mes pieds sont collés à ses tibias, ma tête est dans son dos, mes mains autour de lui, le ceinturant, seuls nos bassins s’alignent plus ou moins. Je frotte lascivement mon nez entre ses omoplates.

 Avec ma voix rauque du matin je lui dis tout simplement de se lever. Pas de réponse. Je me racle discrètement la gorge et le répète. Enfoiré de marmotte. Je repasses mes bras de mon côté, me décale de lui, quittant cette chaleur que j'aime tant. Inspirant pour remettre ma respiration en route, je m'assois, les yeux plissés et ma respiration sifflotante comme à chaque matin. Je regarde son visage détendu par la sommeil et je pousse un geignement quand à la chose qui est censé me servir de compagnon, mais qui pour l'heure est endormie. Je me frotte les yeux, lâche un bâillement muet et repousse les couvertures. Je pose pieds à terre et vêtue d'un débardeur / short, je traverse la chambre non sans faire craquer le parquet de celle-ci.

 Je me rends dans la cuisine où je me sers un grand verre d'eau, et là me vient l'idée de génie. J'ai toujours rêver de réveiller quelqu'un comme ça, et c'est mon cobaye humain qui allait en faire les frais. Je remplis donc un vert d'eau - glacée bien entendu - et retourne dans la chambre à pas feutré.

 Je m'appuies contre le mur et le regarde dormir. Ses cheveux de jais sont éparpillés sur son visage, ses lèvres sont légèrement entrouverte et ses oreilles sont totalement détendues, inexpressive. Pour ce qui est de sa queue, seul un petit bout noir dépasse de ses omoplates. Je marmonne de manière à le "prévenir", mais de façon à ce qu'il n'entende pas l'avertissement :

 "- Je te laisse cinq secondes pour te réveiller. 1... 2... 3... 4... 5..."

 Je pose mon pied contre le mur, appuies sur celui-ci pour m'en décoller et progresse vers Oblivion. Je m'appuies une nouvelle fois contre le mur et je ne suis qu'à une vingtaine de centimètres de lui. Je me poste bien au dessus de lui et incline lentement le verre, ne faisant tomber que deux ou trois gouttes au début avant de renverser le verre entier sur lui, un grand sourire aux lèvres. Je dis donc, cette fois ci d'une voix plus forte :

 "- Comment vas tu ce matin Obli ?"

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 5 Juil - 10:01

En route vers l'est
ft. Sienna
873 mots
Dialogue en #660066

Oblivion dormait profondément, ses paupières closes et sa bouche entre-ouverte, il profitait d’un sommeil réparateur. Il avait toujours eu le sommeil lourd, et il en était bien content, évitant de souffrir des petits bruits que son ouïe développée repèrerait. Les volets clos de leur maison empêchait tous rayons de soleil de pénétrer dans la chambre. Mais empêchait également une estimation de l’heure.
L’hybride était allongé sur le côté, montrant seulement son dos à sa compagne, et s’était dénué de toutes couvertures. Il avait très souvent tendance à avoir chaud, trop chaud. C’est pourquoi il dormait toujours en caleçon, et aujourd’hui n’était pas une exception.
Sans mentir, il ne sentit pas du tout Sienna sortir du lit et partir de la chambre pour aller à la cuisine. Il était juste tellement bien dans son sommeil, a rêver de toutes sortes de choses. Sienna, un bon petit déjeuner, ses parents, son ancienne maison, son académie d’apprenti... être une chèvre faisait également partie de ses rêves, étrangement.

Cependant la panthère fut rapidement sortie de ses songes par le contact d’un liquide glacée contre sa peau brûlante. Il ouvrit rapidement ses paupières, laissant ses deux prunelles dorées apparaître dans la noirceur de la chambre. Puis dans un hochet de surprise, il se recula, laissant  le frottement de ses pieds et de sa peau faire des plis dans le tissus qui recouvrait le matelas. Pour finalement tomber de l’autre côté du lit dans un bruit sourd, faisant glisser le drap sur le sol par la même occasion.
Oblivion se releva vivement, les filets d’eau froide traversant son corps de part et d’autre. Son côté animal avait subitement fait surface au contact soudain du liquide, et il ne s’en rendait compte qu’en était debout. Le bas de son dos, les arrêtes de ses jours, et ses épaules étaient maintenant recouverte d’une fourrure noir de jais soyeuse et brillante. Ses cheveux s’était légèrement allongé, tombant sur ses épaules, et était hérissaient, tout comme sa queue. Ses deux pupilles n’étaient devenue que deux petits traits fins dans l’immensité de ses iris ors. Et finalement ses ongles de main s’étaient allongé et étaient devenue tranchantes et pointus à la manière de griffes, tout comme ses crocs.
Sa respiration était légèrement saccadée, à cause de la surprise, mais rapidement elle redevint normal. Il regarda Sienna intensément, fronçant les sourcils se qui fit naître des plis sur le haut de son nez. L’homme avait une très bonne vision nocturne, avec son facteur animal, donc voyait très clairement la silhouette de son compagne dans l’obscurité de la pièce. Il s’approcha d’elle en contournant le lit, laissant le drap sur le sol, et fit d’une voix grave comme un avertissement :

« - Sienna.. »

Arrivé assez proche, il fit un grand pas pour réduire la distance entre eux, et attrapa la jeune femme par la hanche. Il la fit basculer sur le côté, venant la plaquer sur le dos contre le matelas doux et confortable. Le choc fit légèrement rebondir le corps de sa compagne, et il se dépêcha de se pencher au dessus d’elle en posant ses deux mains de part et d’autre de sa tête. Elle en dessous et lui au dessus, l’eau encore sur son corps commençait à tomber en gouttelettes sur celui de Sienna. Ses deux prunelles dorées brillaient dans la noirceur de leur maison, et son regard aux pupilles fines lui donnait un air sauvage.
Il finit par dire avec une voix accusatrice mais toujours aussi grave :

« - Tu ne voudrais pas que je perde ma chaleur ? »

Pour appuyer ses propos, Oblivion enleva sa main droite du côté de la tête de Sienna pour venir la placer sous sa cuisse du même côté, créant un contact brûlant. Doucement il fit remonter sa main le long de la cuisse de la jeune femme. Elle était magnifique allongé ainsi, ses cheveux rouges éparpiller en harmonie sur le matelas blanc, ses forment généreuses qui pouvaient se deviner sous ses vêtements de nuit, ses iris d’une couleur envoûtante. Puis l’hybride vint alors embrasser le cou de sa compagne, veillant à bien poser sa joue contre la sienne pour plus de contact, suçotant la peau écaillée à cette endroit.

Puis d’un coup il se releva et finit par partir vers la salle de bain, allumant la lumière de la pièce en appuyant sur l’interrupteur. Délaissant ainsi la combattante sur le lit en la privant de sa chaleur.
Il attrapa à une main une des serviettes pendues et se mit à essuyer son corps toujours mouillé par la mauvaise blague de la jeune femme. Il se dirigea devant le miroir, passant sa main sur la fourrure sur ses épaules, avant de reprendre une forme normal, parfaitement équilibré entre l’humain et l’animal. Il passa donc le tissus absorbant sur ses épaules, son ventre musclé, ses bras et son dos, pour finir par essuyer ses cheveux. En relevant la tête, il constata à quel point l’action lui avait ébouriffer les cheveux, mais finit par simplement se diriger vers la cuisine après avoir reposer la serviette sur le bord du lavabo.
Arrivant dans l’endroit, il demanda à sa compagne d’une voix forte pour se faire entendre :

« - Tu as faim Sie ? »


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 5 Juil - 11:55
「 En route vers l'Est ! 」

Les gouttes glacées déposées sur son corps ne mettent pas longtemps pour le réveiller. Ses paupières s'ouvrent d'un coup et je peux voir sa pupille se dilater avant de se rétrécir rapidement. Oblivion se recule dans le lit, voulant sûrement échapper à l'eau étalée sur le matelas. Avec le sommeil, il ne doit pas savoir quelles sont sur lui et non sous lui. Peu à peu, ses poils s'allongent et noircirent. Il prend de plus ne plus sa forme animale. Un bruit sourd me fais éclater de rire, Obli est bel et bien tombé du lit. Si on m'avait dit que deux ou trois gouttes d'eau lui ferait faire tout ce cirque, je l'aurais fait bien plus souvent !

 Les gouttes d'eau dégringolent depuis ses épaules jusqu'à son ventre (sûrement vers son dos également) avant d'atteindre ses jambes. Je me mords les lèvres pour éviter de rire. Il est impressionnant ainsi, je ne vais pas vous mentir, mais je lui en ai déjà fait voir de toutes les couleurs et je ne compte plus le nombre de fois où je l'ai vu ainsi. Sa poitrine se soulève rapidement avant de lentement retomber lorsque ses yeux se focalisèrent sur moi. Un sourire en coin, je le regarde progresser vers moi. Il fait retentir mon prénom comme un avertissement alors je hausse un sourcil et ouvre de grands yeux, une fausse expression intimidée peinte sur mes traits. Il se colle presque à moi avant  de m'attraper par la hanche et par un jeu de jambe ingénieux, me fait tomber sur le matelas mouillé. Il m'y maintient, mais ne peut retenir le rebondissement à cause de mon poids. Une fois prise au piège entre ses mains puissantes déposées de par et d'autre de ma tête, sa tête inclinée vers la mienne et son corps pratiquement allongé sur moi, je commence à ressentir la froideur des gouttes qui me chutent dessus. Je lui envoie un regard noir, mais ne bouge pas. Mon corps, déjà froid, à beaucoup de mal à supporter la chaleur et si, malheureusement, ma chaleur tombe à moins de 30°, mon cœur risque de s'arrêter. Oblivion est bien au courant, mais comme j'aime le martyriser, il aime me torturer en retour. Il me dit alors :

« - Tu ne voudrais pas que je perde ma chaleur ? »

 Haussant les sourcils et posant ma main sur ma poitrine, je le regarde avec un faux air choqué et de grand yeux.

"- Moi ? Vouloir que tu perde ta chaleur ? Mais voyant Obli, tu sais bien que tu me sers uniquement de radiateur vivant, quel serait ton utilité sinon ?"

 Un sourire en coin, il a l'habitude de ce genre de pique et je ne m'en fais pas quand à sa réponse. Pour me faire goûter à cette fameuse chaleur, sa main droite s'aventure doucement sous ma cuisse, électrisant ma peau tout en me partageant sa chaleur que j'aime tant. Un sifflement s'échappe de ma gorge et il sait très bien comment l'interpréter. La bouche d'Oblivion se rapproche de mon cou et j'incline ma tête pour lui faire plus de place. J'arque mon corps pour intensifier le contact et essayer de toucher le plus de partie d'Oblivion.

 Sa main me soutient dans mon mouvement avant qu'il ne lâche ma cuisse et se soustrait de mon cou. Mes pupilles se rétrécissent, mes canines s'allongent tandis que ma peau s'écaille d'avantage. Je m'assois et lui siffle son dos qui me fait à présent face tandis qu'il se dirige vers la salle de bain. Je cris alors :

"- C'était petit ça Oblivion ! Même de ta part !"

 Un long frisson parcourt mon corps, démarrant de mon cou qu'il a embrasser pour se terminer à mes orteils. Je me penche par dessus le matelas, récupère le drap dans lequel je m'enveloppe. J'entends la voix grave d'Oblivion retentirent depuis la cuisine et je lui réponds :

"- De toi ? Oui ! Quelle question ! Mais la nourriture me suffira pour le moment !"

 Je me lève et m'aventure dans la salle de bain, je dois prendre ma température comme tous les matins. 34°, c'est bon il faudra faire attention, mais j'ai récupéré quelques degrés depuis la veille. Je range le thermomètre et rejoins Oblivion dans la cuisine. Je me juches sur l'un des plans de travail et lui demande :

"- Tu as prévu quelque chose aujourd'hui ? Ca fait longtemps qu'on n'est pas allé en mission, ça te dit ?

 Ca faisait trois jours qu'on n'y était pas aller, mais pour moi ça fait une éternité.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 10:15

En route vers l'est
ft. Sienna
506 mots
Dialogue en #660066

Sur le chemin vers la cuisine, Oblivion n’avait pas put s’empêcher de rire à haute voix sous les remarques piquantes de sa compagne. Elle n’avait visiblement pas du tout appréciée qu’il la quitte de cette manière, et ça rendait le tout beaucoup plus délectable. La savoir frustrée avait fait s’évaporer son propre sentiment de frustration suite à son « expérience » avec l’eau glacée. Mais il gardait au coin de la tête la manière dont Sienna l’avait réveiller aujourd’hui, elle avait intérêt de bien surveiller ses arrières. L’hybride n’était pas du tout du genre à lâcher le morceau et allait devoir réfléchir à un moyen plus approprié de rendre la monnaie de sa pièce à sa tête de serpent préférée.

Il leva la tête et ouvrit un des placards en hauteur, sortant les deux tasses fétiches du couple, avant de les déposer sur un des plans de travail de la cuisine. L’impact des deux matières dures fit un peu de bruit, mais de toute façon plus personne ne dormait dans cette maison. La première tasse avait un motif d’écailles écarlates et brillantes, à des endroits plus claires et d’autres plus foncées. La seconde était entièrement noire avec seulement le dessin d’un regard de félin dorées au centre, la poignée, quant à elle, avait la forme d’une queue de chat. C’était, en effet, leur hybride respectif.
Oblivion commença alors à se préparer un café, boisson qu’il avait l’habitude de prendre chaque matin. Puis ouvrit le réfrigérateur d’un geste de main pour y sortir une bouteille de lait à la couleur immaculé. Il la déposa alors sur le plan de travail et regarda sa compagne arriver dans la cuisine, saucissonnée de la couverture de leur lit. Elle se hissa sur le plan de travail et lui demanda simplement :

« Tu as prévu quelque chose aujourd'hui ? Ça fait longtemps qu'on n'est pas allé en mission, ça te dit ? »

Le jeune homme se tourna pour lui faire face, quittant ses activités pour se rapprocher d’elle en quelques pas. Il posa ses mains à plat sur le plan de travail, de part et d’autre des hanches de son interlocutrice, la regardant dans les yeux. Il colla son bassin à ses jambes pour pouvoir être le plus proche possible d’elle. Il lui fit ensuite un petit sourire en coin, comme il savait si bien le faire, et répondit d’une voix mielleuse :

« - Oui, j’avais prévue de partir au bar pour voir pleins de très belles jeunes femmes. Après tout, je ne te sers que de radiateur, alors autant que je trouve une autre personne, tu ne crois pas ? »

Il se pencha un peu plus vers elle, laissant leur respiration s’entremêler, sans rompre le contact visuel une seule seconde. Il adorait la faire bouillir et la délaisser subitement, son visage affichait toujours une expression dont le combattant ne se lasserait jamais. Mais il ne bougea pas, se contentant de laisser une tension assez ambiguë entre eux, dont il avait parfaitement le secret.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 13:43
「 En route vers l'Est ! 」

 L'odeur du café vient peu à peu inonder la cuisine tandis que mes jambes se balancent en rythme tel une enfant assise sur un banc. Je me mords le coin de la lèvre en détaillant le corps de mon compagnon pendant que ses muscles se tendent et s'étirent quand il ouvre le placard en hauteur. Il en ressort nos deux tasses préférées à l'effigie de ce que nous sommes. Deux animaux sauvage dans une relation qui l'est tout autant.

 Je ressers l'étreinte réchauffante de la couverture tandis qu'Oblivion pivote face à moi, délaissant son activité matinale pour moi. Il se rapproche de moi, glissant ses mains sur les côtés de mes cuisses. Je les écarte pour qu'il puisse se rapprocher encore plus et que nous soyons le plus proche possible, au point de voir les petites fibres qui décorent ses iris. Mes yeux se noircirent de colère et de jalousie quand, d'une voix douce, il affirme :

« - Oui, j’avais prévue de partir au bar pour voir pleins de très belles jeunes femmes. Après tout, je ne te sers que de radiateur, alors autant que je trouve une autre personne, tu ne crois pas ? »

 Se penchant vers moi, il mêle son souffle au mien sans pour autant me quitter des yeux et se fige dans cette position. Ma main se décale pour attraper l'un des torchons propre de cuisine. Je fais pendre ma main dans le vide, le dépliant et ma seconde main vient se poser sur son épaule. Je lève l'autre et la pose au même endroit. La seconde l'attrape à l'autre bout et je rapproche mes mains de moi, rapprochant par la même occasion sa tête. Lorsqu'un souffle nous sépare je lui dit doucereuse et affichant une moue surfaite sur mes lèvres, mes yeux pétillants d'une malice qu'il me connait bien :

"- Oh.. Oblivion, tu es à moi et rien qu'à moi. Jamais, au grand jamais je ne laisserais une autre femelle t'approcher, sinon je lui crève les yeux et lui coupe la langue. Tu es mon radiateur personnel et tu n'as pas intérêt de le devenir pour quelqu'un d'autre. C'est compris ?

Je garde le torchon tendu contre sa nuque et vient juste caresser ses lèvres des miennes avant de le repousser, lâchant la serviette. Je lui fais un clin d'oeil et en me penchant au bord du plan de travail je lui demande d'une voix mielleuse, cherchant à imiter la sienne :

"- Je suis sure que tu n'apprécierais pas que je traîne avec Lex plus qu'avec toi... Non ?

Je ne lui avais jamais évoquer ce nom et je ne savais même pas s'il existait un certain Lex dans la cité. Je suis également certaine que mon sourire me trahie tant les traits de mon visage sont tiraillés par une jalousie primitive. Juste en bougeant mes lèvres je lui redis deux mots "A moi."

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 16:44

En route vers l'est
ft. Sienna
623 mots
Dialogue en #660066

Oblivion fixait toujours aussi intensément sa compagne, lorsque celle-ci décida d’attraper un torchon propre et immaculé qui traînait non loin de là. Sur le coup il ne compris pas pourquoi elle avait fait cela, mais son geste disparu totalement de sa mémoire quand Sienna vint poser son autre main sur son épaule. Rapidement, son autre main en fit de même, sans jamais briser leur contact visuel. La panthère ne pouvait se contraindre à détailler du regard la beauté de sa partenaire. Une beauté qu’il ne voyait nul part ailleurs, et sur personne d’autre.
Le combattant avait l’habitude de piquer celle-ci par des mots souvent blessants mais toujours dans un second degré, et la femme ne se priait pas pour en faire de même. Quelques fois il aimait aller flirter avec d’autres jolies hybrides, faisant ressortir son côté charmeur qui faisait partie de lui, mais aussi le côté incroyablement jaloux de sa moitié. Mais au fond, il l’aimait tellement, et il ne changerait de petit-amie pour absolument rien au monde.

C’est alors que le torchon qui venait de se tendre derrière sa nuque le ramena au présent, et que la jeune femme ne tarda pas à rapprocher la tête de l’hybride vers la sienne. Ils étaient si proches l’un de l’autre, un rien ne les séparer. Elle finit par dire doucement avec une petite moue, le regard toujours aussi malicieux que d’habitude :

« Oh.. Oblivion, tu es à moi et rien qu'à moi. Jamais, au grand jamais je ne laisserais une autre femelle t'approcher, sinon je lui crève les yeux et lui coupe la langue. Tu es mon radiateur personnel et tu n'as pas intérêt de le devenir pour quelqu'un d'autre. C'est compris ? »

La panthère s’apprêta à répliquer quelques choses de mordant, mais n’en eut pas vraiment l’occasion lorsque le tissus tendu contre sa nuque le rapprocha un peu plus. Juste assez pour leur permettre d’effleurer leurs lèvres mutuellement, il tenta de se rapprocher plus pour goûter aux lèvres sucrées et tentante de sa compagne. Mais la jeune femme en décida autrement en poussant Oblivion hors de la portée de sa bouche. Il ne put s’empêcher de grommeler, mécontent, et laissa le bruit désagréable de ses griffes crisser contre le marbre du plan de travail de la cuisine.

« Je suis sure que tu n'apprécierais pas que je traîne avec Lex plus qu'avec toi... Non ? »

Ses oreilles noirs de jais se dressèrent rapidement sur son crâne, alors qu’il replongea son regard de félin dans celui de la serpent. Il n’était pas dupe quant à la tentative de sa compagne de le rendre jaloux à son tour, surtout en voyant son sourire assez crispé qui cachait mal ses véritables pensées. Mais le mâle ne put s’empêcher de se demander si elle connaissait vraiment un Lex, et fronça ainsi ses sourcils, laissant des plis se formaient en haut de l’arrête de son nez.

« - Ne joue pas à ça avec moi Sie, tu es une très mauvaise menteuse. Et la pire perdante que je connaisse. »

Il se tourna, lui montrant simplement son dos toujours dénudé, et commença à verser du café dans leur deux tasses respectives. Sa queue fouettant l’air en mouvement régulier, il se tourna une fois de plus pour tendre une tasse à sa partenaire. L’homme s’adossa alors sur le plan de travail de leur cuisine ouverte, posant une de ses mains à plat pour mieux se tenir, l’autre agrippant sa tasse pleine du liquide brûlant.
Il miaula presque, avant de prendre une gorgée de son café fraîchement préparé :

« - Puis si tu veux traîner avec ton petit Lex, vas-y. J’irais en mission avec quelqu’un d’autre. »


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 17:16
「 En route vers l'Est ! 」
Le grognement de frustration d'Obli fait naître sur mes lèvres un sourire victorieux, il ne m'en veut pas tant que ça de son réveil plus que... glacial. Cette simple pensée me fait ricaner avant que le crissement des griffes contre le plan de travail me fasse grimacer et agiter la tête, c'est insupportable et il le sait. Je lui jette un regard noir tandis que ses oreilles se dressent sur son crâne quand j'évoque ce soit disant habitant de nyx.

 Ses iris me transpercent et je sais qu'il a comprit que je mentais, cependant il fronce tout de même ses sourcils noirs et j'imite sa tête contrariée, faisant ressortir ma lèvre inférieure avant de la troquer contre un sourire sincère. Il n'empêche que je renifle bryamment en signe de contrariété quand il affirme :

« - Ne joue pas à ça avec moi Sie, tu es une très mauvaise menteuse. Et la pire perdante que je connaisse. »

 Je me retiens de lui rétorquer d'une voix plus que méprisante que je ne suis pas mauvaise perdante car je constate que si, je le suis, et pas qu'un peu car je refuse de céder MON Oblivion à qui que ce soit ! Je tourne la tête, rien que la pensée de le perdre fait ressentir des bribes de ma forme animale. Les écailles de mon cou rougissent, mes pupilles se rétrécissent, ma langue s'amincie et je ne sais pas si c'est la peur ou la colère qui me fait réagir ainsi. Ma gorge se noue, non je refuse d'évoquer.. Non de penser qu'il puisse en choisir une autre. Je secoue la tête, les lèvres pincées et je ne dis plus rien tandis qu'il pivote pour verser du café dans nos deux tasses.

 Je ne m'amuse même pas à suivre le mouvement de sa queue qui fend l'air lentement comme à mon habitude, trop occupée à refouler des larmes que je refuses de laisser couler. Je mets de longues secondes à comprendre qu'il me tend ma tasse. Je me refuse à le regarder dans les yeux et je lui arrache presque la tasse des mains, buvant le breuvage brûlant qui m'incendie la gorge, mais je n'en ai que faire. Mes jointures blanchissent tellement je serre ma tasse fort sous cette punaise de pensée qui ne veut se dégrafer de mon esprit. Qui plus est, il en rajoute une couche :

« - Puis si tu veux traîner avec ton petit Lex, vas-y. J’irais en mission avec quelqu’un d’autre. »

 Je déglutis avec difficulté, ma gorge devenue sèche, ma bouche devenue sèche, et ms yeux papillonnant pour retenir encore un peu mes larmes. Je tourne mon regard vers lui, le menton haut bien que légèrement tremblant et plaque ma tasse contre le plan de travail provoquant un bruit sourd. Je bondis de ce même plan de travail, ne le regarde toujours pas dans les yeux, mais je viens enfouir ma tête contre sa poitrine, inspirant par saccade son odeur qui me rassure tant. D'une voix rendue rauque par les pleurs contenus je lui dis :

"- Nous... Nous devrions aller nous préparer pour ne pas partir trop tard."

 La tête toujours assez haute, bien que plus basse que d'habitude, je me rends dans la chambre et revêt ma tenue de combat. J'enfile mon corset aux couleurs bleutés et blanchâtres avant d'enfiler mes gans marron, délaissant ma veste et enfile mon pantalon short. Un côté short et l'autre pantalon, tous les deux de la même couleur immaculé. J'enfile mes bottes dépareillées et noue ma cape aux hanches sans oublier d'accrocher l'un de mes étuis à ma hanche gauche et l'autre à ma cuisse droite.

 Je prends quelques secondes pour me calmer, les mains sur les yeux avant de regarder la porte de la chambre.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 18:28

En route vers l'est
ft. Sienna
602 mots
Dialogue en #660066

Oblivion regarda le côté animal de sa compagne commencée à engloutir sa partie humaine, la détaillant de ses iris dorés. Les douces écailles de sa peau commencèrent à se teinter d’un rouge sang tandis que ses pupilles prenaient un air sauvage en s’amincissant en un fin trait. Il avait l’habitude de la voir réagir physiquement, et il appréhendait des fois sa façon d’être aussi instable entre ses deux formes. Mais il savait très bien Sienna incapable de le blesser, tout comme lui était incapable de faire du mal volontaire à sa compagne. Ça leur arrivait quelques fois de se battre, en entraînement comme à la maison juste pour de faux, mais jamais de se faire mal jusqu’à réellement blesser l’un des deux.
Oblivion était clairement le plus puissant niveau force, et était plutôt dangereux avec ses griffes et ses crocs acérés. Mais Sienna était d’une vitesse incroyable comparait à lui, et en un coup de ses crochets venimeux, pouvait le mettre très très mal. Il finit par chasser ses pensées en secouant sa tête légèrement, et re-concentra son regard sur sa compagne. Elle avait l’air au bord des larmes de part ses yeux humides et ses lèvres pincées. Le félin arqua alors un sourcil, il l’a savait sensible, mais à se point ? Il l’entendit clairement déglutir, la gorge serrée et sèche, suivant alors du regard le mouvement de sa main qui déposait la tasse sur le plan de travail. Le bruit fit frémir ses oreilles de panthère, alors qu’il glissait ses iris pour refaire un contact visuel, mais elle évitait soigneusement ses yeux.

Elle sauta agilement du plan de travail en marbre, venant enfouir sa tête contre la poitrine de la l’hybride. Il sentait sa respiration saccadée contre sa peau à l’air libre, elle semblait se délecter de son odeur. Avait-il vraiment une bonne odeur dès le matin ? Il n’en savait rien, mais l’insistance de sa compagne voulait sûrement signifier qu’il ne puait pas non plus. Le félin leva alors sa main et la posa sur le haut du crâne de la combattante, déposant alors sa joue au même endroit. Il emmêla quelques unes de ses mèches écarlates dans ses doigts. Elle fit alors d’une voix rauque qui faisait assez mal au cœur :

« Nous... Nous devrions aller nous préparer pour ne pas partir trop tard. »

Puis sans un mot de plus, elle s’éloigna, laissant un vide se ressentir contre la poitrine du jeune homme qui la regarda entrer dans la chambre. Il laissa un soupir triste lui échapper des lèvres, quelques fois c’était dur de vivre avec Sienna. Car c’était dur de se dire que quelqu’un pouvait être aussi dépressif en son absence, aussi démunie et vide. Et avant d’être avec elle il n’avait jamais eu peur de la mort, mais maintenant, il en avait peur car il avait peur de la réaction qu’aurait sa compagne face à ça.
Il se contenta donc de faire son chemin à la chambre, voyant que la serpent était déjà prête, il s’habilla rapidement. Enfournant son épée dans son étui et prenant également une seconde arme. C’était une petite dague qu’il gardait à portée de main en cas d’urgence.

« - Allons au panneau d’affichage, il y aura bien quelque chose à faire. »

Et sur ses derniers mots, l’hybride alla se coller à sa compagne avec un sourire aux lèvres, et posa un baiser réconfortant sur son front. Il commença à marcher vers la porte d’entrée, gardant une main posé sur la hanche de Sienna pour montrer qu’elle aussi lui appartenait mais surtout à quel point elle comptait à ses yeux.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 6 Juil - 19:02
「 En route vers l'Est ! 」
Je regarde Oblivion s'habiller, n'hésitant pas une seconde - du coin de l'oeil - à le regarder à ma guise, détaillant chaque muscle tendu. Il faut que je pense à autre chose qu'à... qu'à... Il faut que j'oublie cette idée. Je secoue la tête, hors de question que la population de Nyx me voit autrement qu'en une demoiselle qui a peur de perdre son compagnon qui lui est plus que fidèle, c'est impossible à concevoir. Mon visage reste néanmoins plus fade, moins lumineux, mes yeux n'ont pas le même éclat que les autres jours, mais ça suffira. J'ai enfin le courage de glisser mon regard dans celui d'Oblivion quand il dit :

« - Allons au panneau d’affichage, il y aura bien quelque chose à faire. »

Je hoche la tête, ne disant rien, il sait déjà tout. Oblivion se colle à moi, déposant ses lèvres sur mon front, un geste tellement réconfortant. Nous nous mettons tous les deux en route, collé l'un à l'autre. Mon compagnon me garde à ses côté, prêt à me prouver que mes angoisses n'ont pas lieu d'être.

Et si c'était moi qui le blessait ? Arriverais je à me pardonner ? Arriverais je à le regarder à nouveau en face sans craindre nuit et jour de le blesser à nouveau ?

Je secoue la tête, décidément, c'est le geste du jour. Nous progressons lentement sur les rues dallées du quartier riche. Les cris des enfants résonnent, les marchands s'activent bien que le soleil ne soit pas encore au plus haut point de la journée. Je passe ma main qui est collée à Oblivion derrière moi pour attraper sa main et la serrer au creux de la mienne. Je regarde son visage aux cheveux de jais et lui adresse un sourire tendre. Je me re-concentre sur notre marche non sans déposer ma tête sur son épaule non sans bouger légèrement ma joue pour correctement la placer. Nous avançons jusqu'au fameux Panneau d'Affichage et je me mets à regarder les différentes mission. Une toute particulièrement, attire mon regard. Lorsque je me détache d'Oblivion pour la prendre, je lui montre mon dos et la détail. Un immense sourire naît sur mes lèvres quand je me rappel de notre rencontre, je mettais étirée et il l'avait attraper, désirant qu'une chose : me voler cette fichue mission. J'hésite à faire la même chose, ne sachant pas s'il comprendrait ce que je fais. De toute manière, il faut que je m'étire alors je tends mes muscles vers le ciel, effectue des cercles avec ma nuque pour la dénouer tout en faisant pivoter mes poignets. Je glisse un regard à Oblivion, lui adressant un clin d’œil.

"-Tu penses quoi de celle-ci ?"

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Sam 7 Juil - 21:41

En route vers l'est
ft. Sienna
491 mots
Dialogue en #660066

Les deux hybrides, toujours accrochés l’un à l’autre comme un couple de sangsue, traversèrent main dans la main la place centrale de la Cité de Nyx. Le soleil n’était pas très haut, il n’était donc pas encore midi, se qui était une heure totalement acceptable pour faire une quête. Ils auraient ainsi une bonne journée pour la faire, sans se presser et sans avoir à râler de dormir en extérieur. Les grosses missions amenaient toujours à devoir dormir à la belle étoile, en effet elles s’étendaient généralement sur plusieurs jours. Elles étaient toujours exténuantes mais rapportaient une bonne bourse de pièces d’ors à ne pas négliger, surtout pour le confort que le couple avaient mis en place ensemble.
C’est donc assez absorbé dans leurs pensées respectives que les deux combattants arrivèrent face au large Panneau d’Affichage de leur cité. Sienna se détacha d’Oblivion pour faire son petit bout de chemin seule vers une mission qu’elle avait sûrement repérée. Le jeune homme fit donc quelques pas pour se rapprocher à son tour d’elle, sa longue queue de félin effleurant doucement le sol dallé du lieu.

Sa partenaire attrapa la quête en question et commença à la lire attentivement, avant de se mettre à s’étirer, levant les bras vers le ciel légèrement nuageux. Elle fit également des cercles avec sa tête et ses poignets, et la panthère se contentait de la détailler de ses iris dorés. Il avait envie à son tour de s’étirer en la voyant rouler ses muscles engourdies de cette façon, mais le ressentie lui passa rapidement alors qu’il continuait de la fixer. Elle lui jeta un petit regard suivit d’un clin d’œil et l’homme ne put s’empêcher de laisser un sourire lui étirer les lèvres.
Le tout lui rappelait beaucoup leur première rencontre, en à la vue du jeu de regard que lui avait accordée sa compagne, elle aussi y avait pensée. Elle finit alors par dire :  

« Tu penses quoi de celle-ci ? »

Le brun souffla du nez, faisant un pas de plus pour chiper le papier en le froissant légèrement au passage, avant de bien le déplier pour lire. C’était une mission de rang C, heureusement, il n’était pas d’humeur à faire une mission d’un rang plus élevé. Sûrement que le réveil d’aujourd’hui l’avait un peu refroidit, et ça, dans tous les sens du thermes. L’hybride passa sa langue sur sa lèvre inférieur, distrait, puis baissa la feuille pour pouvoir croiser le regard de Sienna.
Il hocha doucement la tête de haute en bas, avant de se tourner d’un geste vif pour se diriger vers les grandes portes. Il fit donc en commençant à marcher dans leur destination :

« - Allons retrouver ce paumé de Chronos. »

Il firent donc leur petite route vers les portes de la cité, repassant par les quartiers, le centre-ville pour finalement y arriver. Le voyageur perdu devait se trouver sur la route secondaire vers la Cité de Chronos.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Dim 8 Juil - 14:11
「 En route vers l'Est ! 」
Oblivion s'approche de moi, attrapant la mission et je regarde son visage pour cerner ses pensées. C'était sans compté que je fixe ses lèvres fraîchement humectée, toujours légèrement réactive quand à la matinée. Il lève les yeux et j'en fais de même tandis qu'il annonce qu'on part à sa recherche. Un grand sourire vient creuser mes joues tandis que nous progressons d'un pas vif au travers de la cité passant des quartiers les plus lumineux et les plus beaux, aux plus foncés et délabrés. Les grandes portes se dessinent devant nous tandis que les murailles couleur de jais se font discrète malgré le puissant soleil.

Les gardiens nous connaissent depuis que nous savons marcher et ils hochent la tête à notre approche. Je serre même la main d'un d'eux et hoche la tête pour saluer les autres. Dans le cliquetis des chaines, les portes s'ouvrent pour nous, dévoilant les Terres de Gaïa que je connais si bien. Je leurs souhaite une bonne journée et nous commençons à progresser sur l'extérieur de la cité. Je détache la foulard épais attaché à ma ceinture et le mets sur ma tête pour me cacher des regards intrusifs. On ne sait jamais sur qui on peut tomber en mission et Oblivion et moi en avons déjà fait les frais quelques fois.

Le chemin dallé continue jusqu'à un croisement. Il se poursuit tout droit pour attendre la cité mère et devient des chemins de graviers pour rejoindre les autres cités. Trois panneaux figure à ce croisement pour éviter que des imbéciles comme cet habitant de Chronos ne se perde sur nos terres. Je tourne la tête vers l'Est, là où se trouve la cité de Chronos. Lorsqu'on regarde bien, au loin, on discerne la grande falaise qui abrite cette même cité. Le chemin est long pour attendre la cité, il ne nous reste plus qu'à prier pour que l'habitant de cette cité ne soit pas trop proche de sa cité natale, je n'ai franchement pas envie de perdre toute une journée pour retrouver un imbécile qui ne sait pas suivre un chemin tout tracé.

Je soupire longuement en levant les yeux au ciel, déjà fatiguée de ces recherches. Je me prépare déjà au savon que je ferais passer à cet étranger. Mes poings se serre et se desserre tandis que mes lèvres pincées par le soupir se transforme en moue d'enfant.

"- Je hais les habitants de Chronos."

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 02/07/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : :
Animal dont tu es l'hybride:
Montant à payer tous les 2 mois ::
Dim 8 Juil - 18:00
Quêtes
Oh, attention !
Certains animaux peu commodes traînent souvent dans les environs. Et votre groupe n'est pas très discret sur le chemin.

Une créature sort des buissons dans un bon impressionnant et vient plaquer Sienna sur le sol de graviers durs. Il lui crache de la salive dessus, agressif et enragé. Il semblerait que vous vous êtes aventuré un peu trop prêt de son territoire.
Vous vous rendez compte rapidement que c'est un Kithra, une créature qui rôde non loin des volcans enflammés de la Cité de Nyx.

Visuel:
 






Crédit des gifs : -Mikael Gustafsson-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Dim 8 Juil - 19:01

En route vers l'est
ft. Sienna
655 mots
Dialogue en #660066

Arrivant devant les grandes portes de la Cité, Oblivion et Sienna saluèrent à tour de rôles les diverses gardiens qui étaient posté là, surveillant l’entrée des citadins. Rapidement les portes furent ouvertes pour le couple, les laissant partir pour faire cette mission de rang C, rien de bien compliqué à première vue. Mais ils devaient rester sur leur garde à cause de plusieurs créatures qui traînaient non loin des cités depuis quelques semaines. Et c’était la raison principale des fermetures des portes de chaque Cité, par mesure de sécurité pour les habitants. En temps normal, les portes étaient ouverts pour les marchants, les visiteurs et autres personnes.

C’est donc dans un esprit assez froid que les deux hybrides prirent le chemin dallé vers la Citadelle mère, qui allait un peu plus loin, se couper pour des chemins moins beaux qui emmenaient aux autres cités. Sienna détacha le foulard de sa ceinture pour le poser sur sa tête, la recouvrant légèrement, afin de passer plus inaperçue. Le jeune homme leva les yeux au ciel en la regardant faire, mais c’était sûr qu’elle était bien remarquable avec ses cheveux de braises, contrairement à lui qui avait des teintes discrètes mais surtout banales. Mais si les deux devaient commencer à devenir paranoïaque des gens qui les entourent, ils étaient clairement pas sortie de l’auberge. C’est pourquoi la panthère ne fit absolument rien pour se cacher, préférant être à l’aise et confortable en cas d’attaque ennemi.
Après un trajet silencieux et un peu oppressant pour le jeune homme, la serpent se mit à parler, mais d’un ton assez démoralisé :

« Je hais les habitants de Chronos. »

Le combattant regardait de côté, fixant le paysage assez distrait et songeur des derniers événements avec sa compagne. Ils étaient un peu distant entre eux depuis ce matin, et ça commençait à le lasser. D’habitude ils parlaient de tout et de rien, déconnant, riant, se piquant, tout le long des trajets de quêtes, mais pas aujourd’hui. Il répondit donc assez absorber par ses pensées, pour ne pas changer depuis ce matin :

« - Mmm. »

Pouvait-on vraiment considérer ça comme une réponse ? Il ne le savait pas vraiment, sans mentir, il n’avait même pas écouter les dires de sa partenaire. Les actions de cette matinée étaient juste en court d’analyse intensive dans son cerveau et le rendait un peu à côté de la plaque. Il mit ses deux mains dans ses poches tandis qu’ils continuaient d’avancer sur le chemin de graviers. L’homme fit craquer son cou de droite à gauche, avant que ses deux oreilles de jais ne se dressent vivement sur son crâne. Il s’arrêta brusquement et regarda autour de lui, sa queue tendue, frémissant à son bout.

Oblivion sortie les mains de ses poches, par réflexe, déposant sa main droite sur le manche de son épée alors qu’il continuait de contempler les alentours. Il entendait quelque chose qui se rapprochait dangereusement des deux hybrides, et c’était rapide.
Cependant il n’eut pas le temps d’avertir sa compagne qu’une grande créature sortie des buissons pour sauter sur elle. La bête était énorme, aussi longue que Sienna, et la maintenait plaquer sur le sol dur à l’aide de ses pattes qu’il devinait brûlante. Il cligna des yeux, tout c’était passé si vite, et reconnu alors l’animal ;  c’était un Kithra. Une bête vivant non loin de Nyx, assez agressif et impulsif, mais surtout plutôt puissante avec sa bouche crachant des braises incandescentes. Elle était assez éloigné des volcans enflammés de la Cité, alors, que faisait-elle ici ?

Mais le félin ne prit pas le temps de réfléchir qu’il s’était précipité vers sa compagne, voulant à tout prix la libérer des griffes de la créature. Il dégaina rapidement son épée, prenant un bon appui de pied pour accentuer la puissance de son coup, avant de trancher de pleins fouet le dos de la bête qui se mit à crier de douleur.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Dim 8 Juil - 19:28
「 En route vers l'Est ! 」
Mmh. Juste "Mmh". Je soupire discrètement, les yeux plongés dans l'horizon. C'est un paysage peuplé de volcan qui se dévoile à nos yeux, un paysage que je connais tant. Je sais que les animaux qui vivent sur ces zones sont plus qu'agressif, mais l'attitude si froide de mon Obli m'empêche de me concentrer dessus. Je lui glisse quelques regards de temps en temps, rien à faire, il regarde droit devant lui. Ma cape me tombe sur les épaules lorsque quelques bourrasques de vent viennent à nous. Mon esprit est trop loin, pas assez attentif pour voir Oblivion s'arrêter et dresser les oreilles. Je suis trop distraite pour entendre les vagues grognements du Kithra énervé. Bien trop à l'ouest pour le voir foncer sur moi.

 Ce n'est qu'une fois au sol que je comprends ce qu'il se passe. Mon premier réflexe est de rejoindre mes mains au niveau de sa gorge pour l'empêcher de mordre. Ma main gauche attrape ma cape et la détache. Je la pose sur mon visage pour le protéger des braises incandescentes. J'ai beau adorer la chaleur et le contact qu'il me procure, là c'est un peu trop chaud.

 Rien que de penser chaleur je repense à Oblivion ce qui me vaut une nouvelle distraction et qui fait gagner quelques centimètres à mon ennemi qui peuvent m'être fatals. Je ne cries pas, je ne parle pas, ça ne ferait qu'effrayer l'animal et le rendre encore plus agressif. Je repose ma main gauche contre sa gorge et je déplace mon genou droit à l'extérieur de son corps couleur de cendre pour prendre un meilleur appui. Cependant, Oblivion se précipite sur l'animal pour m'aider, lui taille le dos, mais son épée ricoche contre mon genoux a présent exposé. Je retiens un petit gémissement de douleur, j'en ai vu d'autre des blessures d'épée. Je profite de inadvertance de cette fichue bestiole pour attraper à laide de ma main droite mon pistolet sanglé à ma cuisse. Je la décoche et tire au niveau de son épaule.

 Ne jamais tuer son ennemi est la première règle qu'on nous apprend quand on se forme. Il titube sur ma gauche et j'en profite pour rouler sur la droite. Je suis assez efficace quand je me bas au sol grâce à ma forme animale. Je me poste devant Oblivion, à genoux, face au Kithra blessé. Mon pistolet armé, je garde mon doigt aligné à la détente, prête à faire feu au moindre mouvement de celle-ci face à nous. Ma respiration est saccadée, quelques gouttes de sang coulent toujours de mon genoux, mes cheveux sont en bataille d'avoir remué contre le sol. Je me relève très lentement, reste aux côtés d'Oblivion pour voir ce qu'il veut faire. Je jette de multiples coups d’œil autour de nous, alternant les alentours et le Kithra à découvert.

 Dans un petit rire je dis à Oblivion, le regard pétillant :

 "- Je déteste vraiment les habitants de Chronos qui ne savent pas se repérer sur un chemin tout tracé !"

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Mer 11 Juil - 12:19

En route vers l'est
ft. Sienna
505 mots
Dialogue en #660066

La lame acérée de l’épée vint tailler le genou maintenant découvert de Sienna, suite aux mouvements de celle-ci qui essayait tant bien que mal de se libérer. Oblivion serra les dents tout en fronçant les sourcils, retenant ainsi son agacement qui pouvait cependant très clairement se lire sur son visage. Il recula d’un pas, les muscles tendus, cela avait quand même servie à distraire la créature cendrée et permit à sa compagne de récupérer son pistolet avec une de ses mains.

Un premier coup de feu.

La balle vint traverser la peau dur de la bête volcanique, et le combattant plaqua plus fort ses petites oreilles de jais contre son crâne. Il avait toujours détestait le bruit des coups de feu à cause de son ouïe particulièrement élevée, mais ne se plaignait jamais, ça faisait simplement partie de qui était Sienna et il était obliger de faire avec. Tant pis pour lui. Mais le faite qu’ils soient en froid depuis ce matin accentuait son agacement à l’entente de ce son qui résonnait encore dans sa boite crânienne. Les petites choses désagréables du quotidien commençaient à peser sur lui, des choses qui lui paraissait futiles d’ordinaire mais qui lui sauter aux yeux maintenant qu’ils étaient fâchés l’un contre l’autre. Cependant il ne se plaignit pas, après tout pourquoi faire ? Malgré le fait qu’ils étaient distants, sa compagne était tout à ses yeux, et ça n’était pas le moment de devenir désagréable à cause d’une petite dispute ridicule.
La serpent roula alors agilement sur le côté droit puis se plaça devant le jeune homme, les deux hybrides prêt à attaquer avec leurs armes dégainées et leurs appuis au sol. L’animal blessé rugit de rage et de douleur tandis que la combattante se relève doucement.

Sienna fit en un petit rire :

« Je déteste vraiment les habitants de Chronos qui ne savent pas se repérer sur un chemin tout tracé ! »

Mais Oblivion ignora les paroles de sa partenaire, une fois de plus, se contentant de lui demander tout en l’inspectant de haut en bas pour faire un bilan de son état :

« - Ça va ? »

Il n’avait cependant pas quitter sa posture de défense, toujours aussi prêt à répliquer si la bête voulait foncer de nouveau, mais il n’en fut rien. La créature presque sortie de nul part, leur cracha dessus de multiples braises, mais le félin attrapa le poignet de sa compagne pour la tirer vers lui et l’enveloppa de ses bras pour la protéger des étincelles incandescentes. La bête se tourna alors et se mit à courir dans le sens opposé pour repartir vers les paysages volcaniques de Nyx, boitant légèrement à cause de son épaule blessée.
Oblivion relâcha son emprise sur Sienna, regardant un court instant la créature s’éloigner pour vérifier qu’elle partait bien. Lorsque la silhouette disparue, il reposa son regard dorés sur elle, il avait peut-être une petite idée de se qui était arrivé à leur cher petit marchant de Chronos. Et ça n'était rien de bon.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Mer 11 Juil - 19:12
「 En route vers l'Est ! 」
Le Kithra sauvage et enragé sautille pour... essayer de se sauver en boitillant ? Oblivion me demande comment je vais et je ne fais que hocher la tête, les dents serrés par la douleur légèrement plus vive qu'avant.

 Cependant, il est d'un froideur continue... Il va finir par arrêter de bouder ? Je veux bien n'avoir pas fait la chose la plus intelligente le matin même, mais il ne peut pas m'en vouloir indéfiniment... si ? Un grognement fut le seul avertissement qu'on reçu avant que le mammifère nous crache des braises incandescentes au visage.

 Mes bras devant mon visage, je me protège, mais Oblivion m'attrape par mon poignet à présent lever et me tire vers lui, la tête désormais enfuit dans son épaule. Ses bras deviennent un étau de fer qui me protège. Du coin de l’œil je vois la bestiole sautillant encore un peu avant de se sauver. Lorsque Obli desserre son étreinte, je m'écarte un peu de lui et regarde les buissons où s'est enfui le Kithra. Je sens le regard d'Obli me brûler les épaules tandis que le mien n'est toujours pas sur lui. Je m'accroupis et noue mon foulard autour de mon genoux pour comprimer la plaie, hors de question qu'une autre bestiole vienne juste parce qu'elle a senti l'odeur de mon sang.
 
 Quand je me remets debout, je regarde Oblivion dans les yeux, croisant son regard dorée que j'affectionne tant. J'inspire et lui dit d'une voix calme :

 "- Je suis désolée pour ce matin. Je ne voulais pas que ça prenne cette tournure sur ton humeur. Excuse moi."

 Sur ces brèves paroles je me détourne de lui et ramasse mon second pistolet qui était tombé de ma poche. Je le nettoie rapidement et le replace dans sa poche. Je fais la même chose avec l'autre, non s'en remettre une balle supplémentaire à l'intérieur. Je le fais glisser dans la poche et me remets en route, non sans m'assurer qu'Oblivion est bien derrière.

 Nous poursuivons sur le même rythme de route, mais à la différence près que maintenant je suis sur mes gardes non stop. Chaque feuille qui bouge retient mon attention. Chaque odeur suspecte la sollicite encore plus et je ne vous raconte pas de ma méfiance quand un buisson se met à bouger.

 Mon regard ne cesse de faire des allez retour entre Oblivion et le décors. Je ne supporterais pas d'être à nouveau attaqué à cause de mon manque d'attention, et encore moins de pouvoir protéger Obli si je ne le suis pas.

 Oblivion... Mes mains se serrent et se desserrent, je ne sais pas comment arranger la situation avec lui. J'ai l'impression d'avoir fait une faute impardonnable alors que ce sont juste nos âmes d'enfants qui se réveillent quand on se balance tant d'insulte et de mauvaises actions à la figure. Mais j'ai du mal à supporter son silence pensant, je veux mon Obli, pas cet étranger qui a son corps. Je pile net et me retourne et pose mes mains sur sa poitrine avant de el bousculer, un éclair d'énervement dans les pupilles et je lui demande d'une voix cassante :

 "- Tu vas te décider à parler ou je dois faire autre chose pour que tu me pardonnes un malheureux verre d'eau sur la tête !"

 Sans attendre sa réponse je me mets en route, mes talons frappant plus durement le sol.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 12 Juil - 12:15

En route vers l'est
ft. Sienna
855 mots
Dialogue en #660066

Oblivion regardait assez intensément sa compagne, la suivant des yeux lorsqu’elle se baissa pour bander son genou avec son foulard. Ses oreilles se baissèrent automatiquement, suivant le cours de ses sentiments tandis que sa queue traîner sur le sol de gravier. Il se sentait mal d’avoir blesser Sienna, il voulu s’excuser mais les mots ne sortirent pas de la barrière de ses lèvres. Restant accrochés, comme pendue et désespérés de se laisser couler. La combattante avait l’air de fuir son regard, et le félin réussit à échapper un soupir, abandonnant les multiples tentatives de trouver les paroles juste à dire dans la situation. Il glissait toujours ses iris dorés sur sa femme qui se relevait doucement, croisant enfin leurs yeux pour la première fois depuis longtemps dans cette quête. Elle inspira, puis fit d’un ton assez calme :

« Je suis désolée pour ce matin. Je ne voulais pas que ça prenne cette tournure sur ton humeur. Excuse moi. »

La panthère s’apprêta à répondre quelque chose, enfin du moins essayer, mais Sienna se retourna pour ramasser son arme au sol avant de la dépoussiérer de vifs coups de main. Il se contenta donc de refermer sa bouche qui s’était ouverte, continuant d’observer sa partenaire comme si elle était le joyau le plus précieux de Gaïa, baladant son regard sur le dos qui lui faisait face. Puis elle se mit à marcher, reprenant la route vers Chronos à la recherche du marchand toujours égaré. Il ne tarda donc pas à reprendre sa marche à son tour, il ne faudrait pas non plus se séparer, surtout avec des créatures aussi dangereuses dans les parages.
Le couple continuait donc sa route à travers le chemin tracé de petites pierres, le paysage volcanique laissant peu à peu place à des landes plus vertes et fraîches. Oblivion retenait un sourire qui aurait étirer ses lèvres sans discrétion en voyant le comportement presque paranoïaque de sa moitié. Elle regardait à droite, à gauche, derrière, dès qu’une feuille bougeait, dès qu’une branche craquée. C’était hilarant pour l’hybride, et sans mentir, il la trouvait terriblement mignonne ainsi. Quelques fois ses regards s’égaraient sur lui, et il lui rendait la plupart du temps, bien qu’il préférait regarder son genou que ses yeux actuellement.

Il entendait la tension des muscles de Sienna qui se tendaient et se détendaient lorsqu’elle serrait ses mains, et cela avait tendance à le distraire alors qu’il se focaliser sur le corps rigide de celle-ci. Puis elle s’arrêta brusquement, se qui ne manqua pas de surprendre l’hybride qui évita de très près de percuter la serpent. Elle se tourna pour lui faire face puis déposa ses mains sur sa poitrine, Oblivion la regarda confus de ses gestes. Elle ne tarda pas à le bousculer, et il fronça les sourcils suite à cela, mais elle fit avant qu’il ne puisse dire quoique se soit :

« Tu vas te décider à parler ou je dois faire autre chose pour que tu me pardonnes un malheureux verre d'eau sur la tête ! »

Mais une nouvelle fois, elle se tourna pour lui faire dos et reprit sa marche rapidement, avec une sorte d’agacement qui se ressentait dans le raisonnement forcé de ses pas. L’hybride souffla du nez, ses sourcils toujours aussi froncés et il resta là, sans recommencer à marcher. Il croisa ses deux bras, faisant saillir ses muscles par la position et se contentait de regarder sa compagne s’éloigner un peu plus de lui.

« - Mais tu ne comprends pas, c’est pas ça le problème, Sienna. »

Avait-il dit assez fort pour que la combattante l’entende clairement, dans un brin de voix assez sec mais qui essayait de se faire neutre. Et on sentait son agacement juste dans la composition de sa phrase. Il n’appelait presque jamais sa partenaire par son nom complet, préférant largement les surnoms et les diminutifs mignons voir niés qui pouvaient quelques fois mettre la honte à sa moitié, pour son plus grand plaisir. Le bout de sa queue de jais frémissait, se qui montrait clairement son sentiment de frustration, des fois il détestait comment ses attribues hybrides pouvaient le trahir. Il laissa un soupir détendre la tension qu’avait prit ses muscles, baissant légèrement ses épaules.
Son regard commençait à se perdre un peu partout avant qu’il ne repose bien ses iris dans ceux verts émeraudes de sa petite-amie, cherchant ses mots :

« - Le problème c’est que tu es trop.. trop attaché à moi. »

Il ferma un instant ses paupières lorsque de nombreuses images de leur rencontre refit soudainement surface : ‘Pourquoi ferais-tu ça ? Il ne faudrait pas que tu t'attaches trop à moi.’ avait-il dit à Sienna lors de leur premier regard quasiment. Il desserra ses bras et vint frotter sa nuque toujours en cherchant les bonnes paroles à dire. C’était difficile de décrire comment il se sentait actuellement. Oblivion était toujours la dernière personne à se fâcher et à être distant normalement, mais depuis ce matin il ne se sentait vraiment pas bien dans sa peau.

« - Ta réaction ce matin me l’a bien fait comprendre. »


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 12 Juil - 13:07
「 En route vers l'Est ! 」
« - Mais tu ne comprends pas, c’est pas ça le problème, Sienna. »

Mes pieds s'arrêtent, mon corps se fige sous le ton qu'emploie Oblivion pour me parler. Ma tête se baisse, mes cheveux suivent le mouvement et chutent au delà de mon épaule, mais je me retourne. Je me refuse à le regarder dans les yeux. Ce n'est pas ça le problème. Pourquoi ais je l'impression qu'il a insisté sur mon prénom qu'il a prononcé en entier ? Mon prénom qui ne sort que lors de ne nombreuses disputes ? Je tressaille sous cette appellation, il allait parlait et j'allais avoir du mal à tout encaisser. Mon regard se lève vers lui et je me mets à fixer ses prunelles dorées. Sa queue frémissait... frustration. Le long soupir que lâche Obli est fait pour le détendre, mais il ne fait que renforcer mon mauvais pressentiment. C'était de ma faute, et nous le savions tous les deux. Ses épaules s'affaissaient et je n'ai qu'une envie malgré qu'on soit fâcher; le prendre dans mes bras pour le réconforter. Je déglutis bruyamment à cause de ma gorge sèche et c'est les poings serrés que je me prépare à encaisser. Le fait qu'il fuis son regard avant de le poser sur moi me tends d'avantage.

« - Le problème c’est que tu es trop.. trop attaché à moi. »

Je me mords la lèvre. Ca fait mal, trop mal. N'ai je pas le droit d'aimer la seule personne qui compte à mes yeux et de ne vouloir qu'une chose : qu'elle soit mienne et rien que mienne ? Manifestement non. Je détourne légèrement le regard pour fixer un point flou derrière Oblivion pour ne pas contempler son visage qui se ferme un peu plus à chaque seconde. Mon souffle commence à se saccader, mais je ne réagis pas. Pas encore. Ces mots. Attaché à moi. Pourquoi ils me sont si familier ? La dernière fois qu'il a du les prononcer, c'était lors de notre rencontre. Ne t'attache pas à moi, m'avait il clairement dit. Et qu'est ce que j'ai fais ? Le contraire. Encore et toujours le contraire. Mes poings restent serrés, mais commence à trembler. Mes ongles commence à créer des petites entailles dans mes paumes blanches, et mes jointures deviennent blanches tellement je les serrent.
Les bras d'Oblivion se décroisent et l'une de ses mains se posent sur nuque, me cachant la vue de mon point de "non craquage". Alors je baisse les yeux. Pour qu'il me dise ça, ce n'est pas parce que j'ai fait une ou deux erreurs. Non, c'est que ça doit être un poison pour lui, plus qu'autre chose.

« - Ta réaction ce matin me l’a bien fait comprendre. »

La remarque qui pourrait paraître la plus facile à encaisser alors que c'est l'inverse. Si je me fis à ce qu'il dit, je n'avais pas lieu de m'énerver et de me vexer autant quand il a évoquer les bars et les flirts. Mais alors, que dois je faire ? Mon visage pâlit de minutes en minutes, de minuscules gouttes de sang s'infiltre sous mes ongles, les rougissant, avant de s'écouler sur mes mains. L'ensemble de mes muscles est tendu à l'extrême et je n'arrive pas à les détendre. Je n'arrive pas à réagir. Ma bouche s'ouvre et se ferme sans qu'aucun son n'en sorte. Les seul qui se font entendre sont les plaintes muettes qui parfois ressemblent à des gémissements.
Je lève le doigt en l'air, signifiant une seconde, puis je m'enfonce dans la forêt, passe un ou deux arbres et me pose contre l'un d'eux.
Qu'est-ce que j'ai fais ?
Je n'arrive pas à croire que j'ai pu faire tout ça. Tout mon mauvais caractère et ma répartie m'abandonne au profil d'un sentiment d'impuissance. J'en ai déjà trop dit. Trop fait. Je refuse de renforcer le mal être d'Oblivion. Sans que je ne les sente couler, quelques larmes perlent à mes yeux et s'écoulent hors d'eux. Mon souffle devient de plus en plus saccadé. Oblivion ne doit pas me voir pleurer, je ne veux pas qu'il... je ne veux pas...
Je ne sais plus ce que je veux. La seule chose, la seule personne dont j'ai besoin est la personne que j'ai le plus blesser pour le moment. J'ai besoin de mon Obli
Mes genoux lâchent et je me retrouve assise contre l'arbre, cherchant à récupérer une respiration plus calme. Je regarde le lointain et plisse les yeux devant des lueurs rouges. Je déglutis plusieurs fois avant de dire d'une voix assez forte, mais rauque :

"- Oblivion ! Il y a quelque chose par là !

Je me relève, essuies mes yeux et mon pantalon. Je me mets à progresser vers les lueurs rouges, sans chercher le regard d'Oblivion. Je ne sais même pas s'il a attendu et me suis ou non, mais je suis tellement perdue que je n'y fais pas attention. Mon attention est de nouveau baissée, mais c'est avec joie que je trouve un voyageur assis autour d'un feu. Je demande donc, les yeux cachés par la pénombre des arbres :

- Vous êtes le fameux habitant de Chronos perdu ?

Il hoche la tête et se lève pour s'apprêter à me suivre. Je me retourne donc, prête à faire demi tour.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 12 Juil - 18:59

En route vers l'est
ft. Sienna
756 mots
Dialogue en #660066

Oblivion soupira une nouvelle fois, continuant cependant de garder le contact visuel établie entre les deux, malgré le fait qu’il voulait le briser pour regarder ailleurs. C’était difficile d’affronter ses propres sentiments mais alors devoir regarder quelqu’un affronter les siens, qui plus est Sienna, était vraiment d’un cran supérieur pour la panthère noire. La voyant ouvrir et fermer la bouche pour dire quelque chose en vain, il sentait le silence peser de plus en plus et ça commençait à devenir insoutenable. Il pouvait constater la couleur blême que prenait petit à petit le visage blessé de sa compagne tandis qu’elle émettait des petites sons de plaintes.

Le combattant avait vraiment l’impression de passer pour le méchant toujours mécontent, mais c’était faux. Il se sentait juste tellement oppressé dans sa relation, par son manque cruel de liberté qui devenait irrespirable. Mais c’était une question de vie, de point de vue, car le félin avait toujours été très libre de ses actes toute sa vie et maintenant se sentait enchaîné au sol comme un Kalay à qui on aurait coupé les ailes. Au fond de lui il le savait, Sienna ne pouvait rien y faire, c’était lui le problème. Et sans mentir, il n’avait aucune idée de comment le résoudre.

Il ne savait pas se qu’il se passait dans la tête de sa moitié, mais savoir ses pensées lui aurait fait mal, très mal. Sachant que les siennes bouillaient déjà de plus belles. Il vit quelques gouttelettes de sang glisser le long des fins doigts de sa compagne et fronça automatiquement ses sourcils. A moment ou il allait parler, la jeune hybride leva un doigt en l’air pour lui signifier d’attendre quelques instant avant qu’elle ne file à toute vitesse dans la forêt voisine. Il tenta de la retenir, tendant son bras, mais elle avait déjà disparue derrière les arbres verdoyants :

« - Sie.. »

Avait-il chuchoter tristement, la main dans le vide à l’endroit ou s’était éclipser Sienna sans demander son reste. Il soupira une nouvelle fois, les traits de son visage marqué clairement son accablement, et ramena sa main le long de son propre corps. Il était désormais seul, entièrement seul, avec le bruissement des feuilles qui se pliaient en rythme avec la légère brise du début d’après-midi. Et il ne pouvait s’empêcher d’imaginer sa petite femme complètement brisée derrière ses diverses troncs creusés. Oblivion leva sa tête vers le ciel azur, puis passa ses mains sur son visage avec frustration, un souffle légèrement tremblant sortait de ses lèvres. Il retira ses mains de sa figure et hurla à plein poumon pour extériorisé tout se qui bouillait dans lui, son corps se courbant légèrement comme pour sortir un maximum d’air de ses bronches. Ses oreilles s’étaient plaqués au maximum contre son crâne, et il posa ses mains sur ses genoux en reprenant une grande bouffée enivrante d’air.
Il serra alors ses dents, restant un moment dans cette position pour réfléchir. Mais la voix de sa compagne résonna alors dans la forêt, l’appelant :

« Oblivion ! Il y a quelque chose par là ! »

Le jeune homme se releva d’un geste vif, un peu trop et manqua d’avoir un vertige, puis se précipita vers la source du son. Il suivit à l’aide de ses sens développés les bruits des pas de Sienna pour savoir quelle direction elle a prise et ne tarda pas à la rejoindre. Il s’arrêta à quelques pas des deux hybrides présents non loin d’un feu, et arqua un sourcil en voyant un autre homme à côté de sa partenaire. Si elle voulait le remplacé c’était du rapide, il n’y avait pas à dire.
Son souffle encore court, il s’approcha de la combattante et la regarda de haut en bas pour vérifier qu’elle n’avait rien, puis posa son regard doré sur le voyageur semblant assez relaxé. Il jeta un nouveau coup d’oeil vers Sienna pour avoir la confirmation que c’était la personne qu’ils cherchaient, puis laissa la pression de ses épaules tomber de nouveau. Il allait les présenter tous les deux, sachant très bien que sa compagne ne le faisait jamais :

« - Le marchand j’imagine. Nous sommes Oblivion et Sienna, des combattants de la Cité de Nyx. »

Il marqua un temps de pause et fit demi-tour d’un jeu de jambes, le souffle redevenue régulier. Ils auraient une bonne conversation en rentrant chez eux, mais pour l'instant Oblivion voulait juste retourner dans sa cité et toucher cette foutu prime. Il reprit simplement :

« - Rentrons maintenant. »


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Jeu 12 Juil - 22:39
「 En route vers l'Est ! 」
Les soupirs d'Oblivion étaient si difficile à encaisser, à croire que tout ce qu'il disait l'atteignait plus que moi. Ses yeux étaient focalisés sur les miens. Ses pupilles dorées fixés les miennes. Je n'avais su quoi faire, quoi dire pour le rassurer, pour lui assurer que tout irai bien et que je lui céderais la liberté qu'il voudrait, mais j'en était incapable. Je prenais Oblivion pour acquis alors qu'il était loin de l'être. Son arcade sourcilière s'était plissée, lui faisant froncer les deux touffes de poil noir qui surmontent ses yeux. Sa bouche s'était ouverte, mais je ne voulais pas entendre un mot de plus, de peur de ne pas pouvoir le supporter et l'encaisser.

Le bras tendu d'Oblivion que je fuyais. Le murmure de mon surnom qui s'étais évaporé dans le vent, puis son hurlement à m'en déchirer le cœur. Trois éléments qui me faisait craindre le pire quand à notre relation et son avancée. Je ne pouvais pas perdre Oblivion, je n'y survivrais pas, et c'était bien là le problème.

Son hurlement. Cet hurlement qui avait mit un terme à mes sanglots bruyants et mit en marche mes jambes sans que je ne le sente. Je ne pouvais pas le laisser seul. Je ne pouvais pas le laisser tomber ! Je n'avais pas le droit ! Mon corps s'étaient figés aux abords de cette même forêt, toujours à couvert. Oblivion n'avait rien. Physiquement parlant. Mais ses traits tirés par la douleur ou par frustration, ses oreilles plaquées pour se protéger de sa propre tempête, son corps légèrement arqué et ses veines plus saillantes que jamais. Ses dents étaient serrés, donnant à l'ossature de sa mâchoire plus de relief, sans parler de ses mains durement poser sur ses genoux fléchis. Autant de traits qui ne me prouvent qu'une chose : qu'il est aussi mal que moi. Une énième larme roule sur ma joue avant de se pendre à mon menton et de s'écraser sur le sol.

Cet anéantissement que je lisais dans les traits d'Oblivion, j'en étais la cause.

Avant qu'il ne puisse me voir j'étais retourner dans les fourrées où j'avais trouver le fameux voyageur. Oblivion n'avait pas perdu de temps et m'a rejointe de minuscules secondes après que j'ai fait appel à lui. L'air qu'il prit en ne levant qu'un unique sourcil me fais serrer les dents. Ma culpabilité décuple tandis que je remplis seulement la mission pour laquelle j'ai été engagée. Le souffle saccadé d'Oblivion secoue tout son corps tandis que je sens son regard me brûler tel un brasier avant de me quitter et de regarder le voyageur.

La question muette d'Oblivion a rapidement une réponse. Nous avions l'habitude de ce genre de comportement, un clignement de yeux pour oui, deux pour non et la tête légèrement inclinée pour demander si c'est ce qu'on cherche. Lorsque son interrogation prit fin, ses épaules se détendent et dit :

« - Le marchand j’imagine. Nous sommes Oblivion et Sienna, des combattants de la Cité de Nyx. »

J'accorde un simple hochement de tête pour confirmer ses dires puis Oblivion fait demi-tour sans demander son reste et indique seulement :

« - Rentrons maintenant. »

Mes lèvres se pincent légèrement tandis que je laisse les deux hommes passer devant moi. Je me baisse quelques instants pour resserrer l'étreinte du foulard ensanglanté. Je décide finalement de le défaire et de le retourner avant de le renouer pour cacher les traces de sang. Je rattrape mon compagnon en quelques foulées rapide, mais reste derrière le voyageur, on ne sait jamais si on a un risque de se faire attaquer par derrière ou non avec ce genre de personne.

Je ne prends pas la peine de voir s'il est blessé ou non, il marche et c'est tout ce que je demande. Je n'ai qu'une hâte : en finir de cette mission et mettre les choses au clair avec Oblivion. Nous remontons donc les vallées de Chronos avant d'entrer dans les profondeurs brûlantes de Nyx. La cité se découpe petit à petit à l'horizon et nous atteignons les portes de la citadelle bien avant le crépuscule. Une fois débarrasser du voyageur je me tourne vers Oblivion. Quand je dis que je me tourne, c'est uniquement mon corps, ma tête, elle, reste figée vers les bâtiments du quartier sud. Je me refuse à regarder Oblivion dans les yeux, sachant déjà que les larmes ne tarderaient pas à couler.

Pourtant... Pourtant je ne parviens pas à me retenir et je me jette au cou d'Oblivion. Mes bras enserrent solidement sa nuque et mon corps est collé au sien. Et je répète maintes et maintes fois :

"- Je suis désolée Obli. Je suis désolée. Je ne voulais pas. Désolée, désolée.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 13 Juil - 14:01

En route vers l'est
ft. Sienna
567 mots
Dialogue en #660066

Les deux hybrides firent donc le chemin retour en compagnie du voyageur de Chronos, repassant aux mêmes endroits en faisant attention aux créatures pouvant roder non loin. Le félin jeta un coup d’œil par dessus on épaule, vers Sienna, en arrivant au milieu du trajet. Elle était restée en arrière depuis le début, et il en profita pour la détailler sans s’arrêter de marcher pour autant. Elle avait re-bander son genou sanglant, et marchait rapidement visiblement pressée que tout se termine. Oblivion reposa ses iris dorés sur le chemin droit devant lui, mais serrait ses propres poings avec fermeté. Il se sentait terriblement mal dans sa situation avec sa compagne, mais il se sentait également très coupable de sa plaie. C’est donc dans un silence peu confortable qu’ils continuaient leur route vers la Cité aux dragons.

Finalement après une marche qui avait semblé interminable pour la panthère noire, les trois hybrides arrivèrent aux murs de la Cité de Nyx, entrant par l’imposante porte de celle-ci. Ils furent, pour le plus grand bonheur du combattant, vite séparé du marchand qui c’était perdu. Sienna ne tarda pas à se tourner vers lui, enfin tout sauf sa tête qu’elle gardait rivée vers des bâtiments. Il glissa doucement ses yeux sur le sol dallé de l’endroit, ne sachant pas vraiment quoi faire maintenant qu’ils avaient finit cette mission. Mais la serpent vint brusquement se jeter au cou du félin, emprisonnant sa nuque de ses bras écaillés alors qu’elle colla leurs deux corps ensemble, en disant de nombreuses fois :

« Je suis désolée Obli. Je suis désolée. Je ne voulais pas. Désolée, désolée. »

Oblivion resta un moment immobile, comme figé dans le temps, les bras toujours le long de son corps et son regard vers les pavés identiques et sombres du sol. Puis pencha sa tête doucement pour enfouir son visage dans le creux du cou de sa compagne, ses cheveux noir de jais venant chatouiller les épaules de celle-ci, avant de respirer un grand coup son odeur épicée. Lentement, il leva les bras pour venir envelopper les hanches et le dos de Sienna, serrant sa prise comme si il avait peur qu’elle lui échappe subitement. Il se fichait complètement des gens qui pouvaient être autour et devaient leur jeter des regards assez interrogateurs. Il n’y avait qu’eux qui comptaient à cet instant.
Il releva légèrement sa tête, à contrecœur, pour chuchoter à l’oreille de sa compagne d’un brin de voix faible :

« - Je ne sais pas comment faire. »

Il ne voulait pas des excuses de Sienna, à vrai dire il ne savait même pas pourquoi elle s’excusait réellement. Et c’était triste de savoir qu’elle se sentait horriblement mal au point de lui offrir des excuses, se qui était totalement contraire à son caractère habituel. Il voulait pouvoir trouver la solution à son problème, comprendre pourquoi il se sentait aussi mal à cet instant. Était-ce vraiment le manque de liberté qui le faisait sentir enchaîner ? Parce qu’il se sentait très bien avec sa compagne, et l’aimait de tout son cœur. Sans mentir, jamais il ne se voyait être de nouveau sans elle.
Mais voilà, il faisait face à une impasse et ne savait pas comment s’en sortir.
Il resserra un peu plus son emprise sur sa femme, reposant sa figure dans le creux de son cou en fermant ses paupières pour simplement profiter de cette étreinte.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 149
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Serpent des Blés Lava
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 13 Juil - 14:44
「 En route vers l'Est ! 」
Mes doigts se resserrent sur le tissu de ses vêtements et mes dents sont serrés. Sur le coup, j'ai peur qu'il me repousse ou qu'il ne fasse rien. Il est comme une statue et immobile et froide d'apparence.

Alors que je laisse doucement retomber mes mains pour le défaire de mon étreinte, sa tête se dépose dans le creux de mon cou. Les pointes de jais se déposent sur mes épaules et ces dernières sont rapidement secouées par une brusque inspiration qui témoigne de mon soulagement.

Ses bras musclées viennent s'enrouler autour de mes hanches et de mon dos et deviennent un étau de fer duquel je ne peux me défaire, même si je ne cherche pas à m'en échapper. Mes jointures blanchissent sous la force de mon étreinte, tellement je suis soulagée. Lorsque la chaleur de la tête d'Oblivion quitte mon cou je manque de poster contre lui. Mon corps s'est refroidi à cause de la peur qui habite mon corps depuis le matin. Son souffle vient chatouiller la zone sensible qui se trouve sous mon oreille, puis sa voix vient doucement câliner mon oreille, même si ses paroles me noue le ventre :

« - Je ne sais pas comment faire. »

Je ne sais pas quoi faire moi non plus Obli. Une question me trotte dans la tête, mais j'ai tellement peur de sa réponse qu'elle ne franchit pas mes lèvres. Ce sont les lèvres pincées par la peur et les yeux larmoyants que je lui demande d'une petite voix :

"- Tu... Enfin... Tu penses que me quitter serait une solution ? Enfin... Si ça peut te rendre ta liberté... Je ne veux que ton bien Obli...

Rien que l'évocation de cette fichue idée me retourne l'estomac et me pétrifie de l'intérieure. Je ne veux pas influencer sa réponse et pourtant je suis coupable de tout ce qui s'est passé avec mon caractère à la noix et mes crises de jalousies ingérable. Alors s'il doit prendre cette décision pour pouvoir se sentir mieux, qu'il la prenne. Mes lèvres se déposent sur la peau de son cou, là où bas son pouls et y reste.

Je t'aime tellement Oblivion. Une pensée si précieuse qui ne changera jamais. Peu importe ce qu'il me fera. Certains me traiteraient de personne faible ou dépendante, mais quand vous vous attachez à quelqu'un, vous avez continuellement peur que votre moitié vous quitte. Et oui, je serais prête à pardonner à Oblivion pour n'importe quelle faute, n'importe laquelle, car je souffrirais encore plus de le voir partir loin de moi.

L'étreinte d'Obli se renforce encore et son cou repose un peu plus fort sur mon épaule. Je sens ses cils caresser ma joue lorsqu'il clos ses yeux. Je décolle me lèvres de son cou et les humecte avant de frotter mon nez contre son cou et de les reposer sous son oreille. Quelques passants nous bouscule légèrement, mais pour moi rien n'existe plus que lui et moi. Je refuse que deux ou trois combattants nous séparent de cette étreinte donc j'ai tant besoin. Je t'aime Oblivion.

_________________
Sienna vous criera dessus en #FF6347 ou en tomato ([color=tomato])

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 16/06/2018

Fiche d'Hybride
Quartier : : Riche
Animal dont tu es l'hybride: Panthère
Montant à payer tous les 2 mois :: 275
Ven 13 Juil - 21:29

En route vers l'est
ft. Sienna
579 mots
Dialogue en #660066

Oblivion apprécia le moment pendant l’espace d’une seconde. Être juste là, dans les bras de la personne qu’on aime, et simplement arrêter de penser à tous les problèmes qui nous attend et nous regardent du coin de l’œil. Les yeux toujours clos, il reprit une grande inspiration de l’odeur de Sienna, l’aspirant avec ivresse et délectation. Il aurait aimé se sentir aussi bien à chaque moment de sa vie, et que rien ne vienne détruire son bonheur. Mais c’était trop tard. Sa compagne fit alors, une voix hésitante mais surtout blessé, et cela lui fendit le cœur :

« Tu... Enfin... Tu penses que me quitter serait une solution ? Enfin... Si ça peut te rendre ta liberté... Je ne veux que ton bien Obli... »

Le félin ouvrit doucement ses paupières, laissant ses deux iris dorées apparaître au grand jour, s’étant figé de nouveau. Son cœur se serra plus que jamais dans sa poitrine, et il fourra plus profondément son visage dans le cou vulnérable de sa moitié, ne voulant pas la laisser partir.
Sienna lui proposait réellement de partir ? De la quitter ? Après tout se qu’ils avaient vécu ensemble. Des flashs de souvenirs ne purent se retenir de déverser par flots des images dans l’esprit de l’hybride, des images de son couple. Des éclats de rires, aux rivières de larmes. Des grognements de colère, aux gémissements de plaisir. De l’haleine du matin, aux senteurs fleurissantes des petits fours. Des piques blessantes, aux baisers sur le front. Et Oblivion ne put s’empêcher de refermer ses doigts sur le textile du vêtement de sa copine, créant de multiples plis sur celui-ci.
Il ne put retenir un baiser dans le creux du cou de Sienna, un réflexe mais aussi une marque d’affection, ils en avaient tellement besoin. Il se redressa bien comme il faut, mais ne brisa à aucun moment leur étreinte, sortant simplement de la nuque de celle-ci. La panthère fit alors dans une voix confiante au début mais qui ne tarda pas à virer légèrement :

« - Non, je ne veux pas. J’ai juste besoin.. d’un peu plus de temps. »


On pouvait sentir du mensonge dans le brin de sa voix, enfin seulement sur sa dernière phrase. Car il n’avait pas vraiment besoin de temps, ça faisait un an et demi maintenant, le temps il en avait eu. Mais il était hors de question qu’il se sépare de sa petite-amie, elle était trop précieuse à ses yeux. Et il ne pouvait même pas imaginer la savoir avec quelqu’un d’autre. À câliner et embrasser un autre hybride, c’était impossible.
Il étira un petit sourire se voulant réconfortant, puis se recula pour défaire leur étreinte qui lui semblait froide malgré la chaleur de son corps. Et brusquement il attrapa Sienna par la taille et la leva, passant ses bras sous ses genoux et derrière son dos, la portant ainsi comme une princesse. Il déposa alors un baiser à la racine de son sein le plus proche de lui, avant d’ajouter d’une voix plus chaleureuse :

« - Rentrons chez nous, ma princesse. »


Sans attendre une quelconque réponse, le mâle commença à marcher vers les quartiers riches sans lâcher une seule seconde sa petite femme. Elle n'était pas lourde, donc Oblivion ne se faisait pas de soucis pour le trajet vers chez eux. Il traversa le centre-ville et finit par arriver à la porte de leur maison, ouvrant celle-ci d'un revers de main assez ingénieux.


_________________
Parle en #660066.


-Merci à Sienna pour la signature <3-

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

En route vers l'est
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Cartes] {La Route vers Fondcombe} Région Inexplorée/Sentinelle Endormie/Embuscade Orque/Poursuite Nocturne - Réponse de Dadajef [Résolu]
» En route vers les abysses
» [La Route vers Fondcombe] Discussion générale
» [Fan-Film] Dessin-animé : La Route vers Karzahni
» En route vers de nouvelles aventures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Citadelles de Gaïa ::  :: Les Archives :: Nyx-
Sauter vers: